1/4 Coupe de France : Interview croisée Vendenheim/Soyaux

Deux ans après leur dernière confrontation en D1, les 2 équipes se retrouvent en quarts de finale de la Coupe de France Promu cette saison en D1, l’ASJ Soyaux rencontre le FC Vendenheim, redescendu à l’échelon inférieur cette saison et qui joue les premiers rôles dans le groupe A. La capitaine alsacienne Cynthia Duteil et l’entraîneur charentais Jean-Claude Barrault abordent ce match à enjeu.

 

 

Les enjeux de ce quart de finale ?

 

Cynthia Duteil (Vendenheim) : « En Coupe de France, on ne s’est pas fixé d’objectif précis si ce n’est d’aller le plus loin possible. Ces matches de Coupe ce n’est que du bonus, cela nous permet de rester dans une dynamique. Le seul enjeu de ce quart de finale contre Soyaux est l’accession à la demi finale qui serait une première mais aussi et surtout une belle récompense pour toutes les personnes qui nous ont donné les moyens de pouvoir continuer à jouer à Vendenheim. Si dimanche on gagne, ce que j’espère bien évidemment, on créera à nouveau l’exploit. Dans le cas contraire, tout le monde dira que la hiérarchie a été respectée. On a tout à gagner dans ce match ».

 

Jean-Claude Barrault (Soyaux) : « L’enjeu est de ne pas passer à côté d’une opportunité d’aller vers une demi-finale qui est toujours un peu historique pour tout le monde. Pour la grande majorité, elle ne l’ont jamais connue. Pour ma part, jamais. Pour le club, un peu. Et puis derrière, c’est notre crédibilité qui est en jeu. Nous sommes une D1. Le tirage au sort nous a un peu favorisé en recevant une D2. Une bonne D2 mais on se doit d’être à la hauteur de notre statut. A la hauteur de la brillante saison que les filles ont réalisé pour le moment. Je veux une confirmation. Je n’ai jamais connu ce genre de parcours avec les garçons ».

 

Le regard sur l’adversaire du jour ?

 

Cynthia Duteil (Vendenheim) : « Je ne connais pas bien cette équipe de Soyaux, car je pense que l’effectif a dû changer depuis notre dernière confrontation en D1. Mais au vu de leur classement en championnat, tout en sachant que c’est un promu, c’est une équipe qui réalise un beau parcours. Elles sont même allées chercher une victoire à Juvisy. Donc une équipe qui doit avoir de gros atouts. A nous de faire valoir les nôtres ! ».

 

Jean-Claude Barrault (Soyaux) : « Je me suis un peu renseigné sur notre adversaire. Comme toutes les équipes que l’on rencontre, je respecte énormément Vendenheim. On n’est pas là par hasard. Vendenheim n’est pas là par hasard. Dans le peloton de tête de D2,  en étant une équipe qui descend de D1. Il y a de la qualité et quelque chose qui s’est créé. Je fais très attention à cette équipe. Je sais qu’elle possède une très bonne gardienne et des jeunes encadrées par quelques joueuses d’expérience. Je m’attends à une forte opposition. Nous devons être au même niveau de motivation. Vendenheim fait une saison extraordinaire et n’a perdu aucun match ».

 

 

 

La situation en championnat : le maintien en D1 pour Soyaux, la remontée pour Vendenheim ?

 

Cynthia Duteil (Vendenheim) : « Soyaux est actuellement 5e juste derrière le « big four ». Leur maintien est bien plus qu’assuré je pense. Elles peuvent même prétendre à garder cette place plus qu’honorable pour un promu. En ce qui nous concerne, l’objectif était de jouer les 3 premières places. 

 

On a eu beaucoup de départs, on a dû faire appel à un bon nombre de jeunes, un nouvel entraîneur a été mis en place, on a connu des difficultés et, malgré cela, on est à la lutte avec Algrange pour la première place, synonyme d’accession à la D1 et on est toujours invaincu. C’est déjà que du positif pour une année de reconstruction et une grosse satisfaction pour ma part. On ne lâchera rien sur nos derniers matches et le 1er juin on verra bien ce qu’il en est ! ».

 

Jean-Claude Barrault (Soyaux) : « Il y a une similitude entre les deux équipes. Deux équipes qui ont un potentiel pour pouvoir exister ou remonter. Deux clubs qui ont l’air de se ressembler même si je ne connais pas trop Vendenheim. Un parcours presque identique. Ce niveau de D1 se mérite et demande du travail ».

 

 

 

Le mot d’Aurélie Mula (Vendenheim) buteuse lors de la dernière confrontation en D1 (Soyaux-Vendenheim 1-2 : 8 janvier 2012) :

 

« Une qualification serait exceptionnelle et unique pour chacune d’entre nous, pour le club et pour l’Alsace. Un gros enjeu. Soyaux fait une super saison, il semblerait qu’elles jouent bien au football. Cela fait longtemps qu’elles préparaient leur remontée. Je n’ai plus trop de souvenirs de notre dernière confrontation, mais c’était très serré entre nos deux équipes. Le club s’est bien reconstruit suite à la descente. L’ambition de Vendenheim est déjà de stabiliser le club, c’est-à-dire l’équipe, l’entraîneur et les finances avant de prétendre à une remontée ».

 

 

 

Crédits photos: sudouest.fr/ Tadeusz Kluba, charentelibre.fr/André Viollier, Ligue d’Alsace de Football / Philippe Bergdolt