1/2 F de Ligue des Championnes : stériles en buts, pas en jeu

Tout se jouera samedi 26 avril lors des retours des demi-finales de LdC. Aucune des quatre équipes restant en lice n’a réussi à prendre le dessus sur son adversaire, les deux rencontres s’achevant sur le même score nul et vierge (0-0). Suspense maintenu, donc ! Qui s’en plaindra ?

 

 

 

 

Un 0-0 en match aller est toujours complexe à analyser quant à ses avantages et inconvénients. Si, a priori, éviter la défaite à l’extérieur est un bon résultat et ne pas gagner à domicile un mauvais, l’absence de buts change les choses. Potsdam et Birmingham n’ont certes pu vaincre à la maison, mais un 1-1 au retour les qualifierait. Et l’espoir des unes correspond forcément à la crainte des autres…

 

Potsdam-Wolfsburg a tenu ses promesses

 

Nous l’avions dit ici même, Turbinen et Louves étaient proches, le match s’annonçait serré. Il le fut. Si le spectateur repart déçu de ne pas avoir vu les filets trembler, il se réjouit d’une très belle partie, au rythme soutenu, à l’engagement physique individuel et collectif permanent, à la technique de haut niveau, et aux occasions multiples et variées.

 

Les Turbinen sont les premières en action, puis le jeu s’équilibre, sans vraie opportunité. Après un quart d’heure, Potsdam reprend le match en main, mais sous la menace des contres de Müller et Popp. L’illusion ne dure que quelques minutes, le temps que Wolfsburg se remette en marche et dégaine. Servie par Keßler, Müller bute sur Berger (19e). Sur le corner, la capitaine-passeuse est près de marquer, Berger s’interposant encore à bout portant (20e). Ça s’anime, la meute des Louves s’avère de plus en plus menaçante. Nouveau corner, tête de l’intenable Keßler sauvée sur la ligne par Wätig (23e). Le milieu du WfL étouffe celui du TP qui peine à développer son jeu habituel, avec une Hederberg assez discrète. Sur une passe en or de Keßler, le tir croisé de Popp, démarquée dans la surface côté gauche, frôle le poteau de Berger (40e). Trois minutes plus tard, le Turbinen a sa seule réelle occasion de la mi-temps, une tête d’Elsig sur corner écartée in extremis. Mi-temps, un 0-0 plutôt flatteur pour Potsdam…

 

Boum, boum, on se rend coup pour coup

 

Le Turbine revient avec de meilleures intentions. Añonma met Schult à contribution (51e). La réplique des Louves est instantanée, Berger sauvant son camp devant Faißt, magnifiquement servie par Keßler (52e). Nouvel arrêt de Berger devant Goeßling (61e), puis de Schult face à Evans (64e). On ne s’ennuie pas une seconde ! Au tour de Fischer de voir sa reprise de la tête sur corner passer juste au-dessus (66e). Le tempo ne faiblit pas entre deux équipes volontaires, décidées à ne pas lâcher un pouce de terrain. Le Turbine accélère. Schult s’interpose à nouveau devant Elsig (68e), puis Draws la minute suivante. TP pousse le plus en cette seconde mi-temps et se crée une belle occasion après un raid rageur d’Evans, suivi d’un centre de Nagasato repris en pleine course par Simic, mais hors cadre. Potsdam presse encore, Wolfsburg a de plus en plus de mal à sortir de son camp. Mais dans le temps additionnel, c’est Berger qui doit se détendre pour claquer au-dessus de sa barre une superbe frappe de 20 mètres de Nadine Keßler, la joueuse du jour. La rencontre se termine sur un 0-0 équitable et qui promet un match retour de grande intensité samedi prochain au VfL Stadium (17h 15, en direct sur Eurosport) !

 

 

 

 

Birmingham résiste, Tyresö bute

 

À Damson Park, équation simple pour Birmingham au coup d’envoi : résister à la puissance offensive du Tyresö. Au bout des 90 minutes, les Anglaises pouvaient sourire, mission accomplie. Elles auront pourtant souffert, dominées par des Suédoises déterminées à plier l’affaire le plus vite possible…

 

Tyresö s’empare du match à bras le corps et multiplie les tentatives (Marta, Diaz, Boquete), domine toute la première mi-temps, mais ne cadre qu’un tir sur cinq. 0-0 à la pause. On se dit que ça ne va pas durer, les joueuses des West Midlands craqueront à un moment ou un autre…

La deuxième mi-temps se déroule à l’identique. Birmingham fait de la résistance avec son 3-4-1-2 face au 4-1-2-3 de son adversaire, concédant pas mal de coups francs, mais sans conséquence… Ça joue bas, pour contrecarrer la vitesse des attaquantes de Tyresö. En dehors d’une occasion pour Moore (62e), les Anglaises courbent l’échine tel un roseau espérant ne pas casser devant la tempête suédoise. À la 69‘,Røddik frappe sur le montant des buts de Spencer, tout heureuse de s’en tirer à si bon compte. Puis les Brummies sortent un peu le nez de l’eau et viennent titiller la surface de réparation du TFF (Lawley, Moore, Carney), mais toujours sans cadrer. De leur côté, les visiteuses se heurtent à une défense très bien organisée qui les contre souvent, d’où le nombre peu élevé de tirs au final : 14, dont 3 cadrés seulement.

 

Un exploit au retour ?

 

Au coup de sifflet final, le bon résultat est anglais, et ne déplait pas aux 1580 spectateurs. Un petit but inscrit au Tyresövallen samedi prochain (14h45) pourrait envoyer Karen Carney et ses coéquipières en finale. Pour cela, il faudra néanmoins se montrer plus saignante en attaque qu’aujourd’hui : 4 tirs… tous hors cadre ! En défense, les barbelés demeureront-ils efficaces ? Marta, Press, Boquete et Seger ne sont pas encore à Lisbonne…

 

 

Crédits photos : imago/Kamerapress