1/2 F de LdC : Wolfsburg défendra son titre !

Au bout d’un match palpitant que, seul sans doute, le football féminin allemand est en mesure d’offrir, les tenantes du titre de Wolfsburg ont disposé de leurs compatriotes de Potsdam (4-2). Les Louves défendront leur trophée le 22 mai à Lisbonne face à Tyresö.

 

 

 

 

 

Nous avions annoncé ici même un « duel de géantes », « un combat intense » à venir, et rêvions d’un match digne de la finale 2013 de Pokal Cup entre les Louves de Wolfsburg et les Turbinen de Potsdam… Nous ne pensions pas si bien dire… L’aller, malgré son score vierge ? Très bon. Le retour ? Sublime !

 

Simic et Keßler, héroïnes d’un premier quart d’heure de folie

 

Sous les yeux des 11 000 spectateurs du Volkswagen Arena, les deux formations alignent leur dispositif habituel : 4-4-2 pour WOB, 3-4-3 pour TP. Ça démarre tambour battant, avec une tête juste au-dessus de la Japonaise du Turbine, Asano Nagasato (2’). WOB répond avec un coup-franc de Faißt, et la tête de Popp détournée en corner… Le ton est donné… Toutes à l’attaque ! Le 0-0 de l’aller pousse chaque équipe à se livrer… Anna Blässe, match énorme, oblige Berger, la gardienne de Potsdam à sauver du pied (5’)… Puis, l’Écossaise Lisa Evans met le turbo sur son aile droite. Genoveva Añonma ne peut reprendre son centre en première intention, mais récupère le ballon et remise vers Julia Simic qui frappe dans la lucarne opposée de Schult. Un bijou ! 0-1 pour Potsdam après sept minutes, grand froid dans le stade…

 

Les tenantes du titre doivent maintenant marquer deux fois pour se qualifier… Un deuxième coup dur arrive avec la blessure de Lena Goeßling, fauchée par Elsig, et qui hurle de douleur, épaule démise (10’). Sortie définitive ? Elle revient contre toute attente… Dans la foulée, Evans s’écroule à son tour et cède sa place à la Norvégienne Ada Hegerberg (13’)… Combat intense ? Oh que oui ! Et magnifique… Nadine Keßler, exceptionnelle à l’aller, vogue toujours sur son nuage. La capitaine des Louves s’enfonce dans la surface adverse, mystifie trois adversaires, et dépose d’une pichenette le cuir dans le coin des filets de Berger (1-1, 16’). Du très grand art !

 

 

 

 

Le courage de Goeßling, les coups de tête de Popp

 

Suite à son égalisation, WOB met la pression, notamment sur le flanc gauche de la défense du TP où Blässe martyrise Kemme à chaque prise de balle. Keßler, Goeßling, Faißt confisquent le milieu de terrain… Alors qu’on atteint la demi-heure de jeu, Goeßling lève les bras pour récupérer le ballon sorti en touche… et se déboîte à nouveau l’épaule ! Nouveaux hurlements de douleur, nouvelles larmes, nouvelle manipulation, nouveau retour sur le pré de l’indestructible Lena, à l’arrivée la meilleure joueuse du match. On se pince pour y croire… On n‘a encore rien vu…

 

32’, Nagasato donne le ballon à Hegerberg entre deux adversaires. Tacle somptueux de Fischer qui écarte le danger… 120 secondes plus tard, gag : une sortie hors surface de Schult. La gardienne fait n’importe quoi, ne dégage pas, veut dribbler Nagasato qui lui fauche la balle. La petite sœur d’Ogimi n’a plus qu’à le glisser à Añonma qui l’expédie au fond des filets désertés ! (1-2, 34’)…

 

 

 

 

Revoilà Wolfsburg le dos au mur… Le doute… quel doute ? Sur la remise en jeu, Keßler envoie un centre millimétré au second poteau sur la tête d’Alexandra Popp. But ! (2-2, 35’)… On exulte devant le spectacle, dont le rythme ne faiblit pas un instant. Loin d’être abattues, les Turbinen repartent au combat, guidées par une Añonma très remuante… Mais à cinq minutes de la pause, centre de la droite, tendu, parfait, de Blässe. « Poppi » catapulte le ballon au fond pour le doublé (40’).

 

3-2 à la mi-temps…

 

 

 

 

Le Turbine en panne face à une machine parfaitement huilée

 

À la reprise, on continue (presque) sur le même rythme. Blässe poursuit son festival sur son aile. Déboulé rageur avec appui sur Müller (49’), puis centre au premier poteau dégagé en catastrophe (52’). Sur l’action, la capitaine du Turbine, Stefanie Draws se blesse et sort, remplacée par Jennifer Cramer… Goeßling, phénoménale d’activité, prend sa chance de 25 m, Berger est sur la trajectoire (55’)…

 

L’engagement physique atteint par les deux équipes laisse pantois. TP tente de recoller au score, mais les Louves rôdent partout et chassent en meute… La tension monte. Simic, excellente toute la partie, s’énerve après Popp qu’elle soupçonne (à tort) de simulation. Peu à peu, le match devient plus haché, les fautes se multiplient, dues à des contacts toujours percutants. Les occasions nettes se raréfient. On note une frappe de Faißt de 20 m, bien captée par Berger… La turbine de Potsdam commence à perdre de l’énergie, à tourner au ralenti. Les Louves le sentent, elles jettent leurs dernières forces pour achever l’adversaire… 79’, corner de Goeßling pour sa commère Keßler (quel duo !) au premier poteau. Le numéro 13 prolonge d’une tête retournée vers le second montant où Müller, oubliée, plonge et marque de la tête. « La Martina » a frappé, et vient d’inscrire son 8e but de la compétition cette saison, envoyant pour sûr son club en finale (4-2, 79’).

 

 

 

 

Il reste au WOB à contrôler les ultimes minutes face à des adversaires courageuses, mais exsangues… puis à exploser de joie au coup de sifflet final. Les Louves défendront leur titre le 22 mai à Lisbonne après une démonstration impressionnante. Mais félicitations aux deux équipes pour ce spectacle de très haute volée. On en redemande ! Vœu exaucé : elles se retrouveront le 16 mai, même lieu, pour le compte de la Bundesliga. On s’en pourlèche déjà les babines…

 

 

 

 

 

 

Crédits photos: captures d’écran Eurosport 2, wfl-wolfsburg.de, de.eurosport.yahoo.com