1/2 CDM U17 : Le Japon toujours aussi impressionnant.

Les 1/2F de la Coupe du Monde des Moins de 17 ans se jouaient cette nuit à Liberia au Costa Rica. Sans surprise, le Japon et l’Espagne se sont qualifiés et se retrouveront en finale après s’être déjà rencontrés en match de poule. Le Vénezuéla et l’Italie ont perdu avec les honneurs et tenteront d’arracher une 3e place pour couronner un beau parcours.

 

 

Dur retour sur terre pour le Vénezuéla

 

Que dire, tellement ce Japon semble invincible. Encore une fois, les Petites Nadeshiko, implacables, sont venues à bout d’un adversaire valeureux qui n’a pas démérité. Mais match après match, le Japon impressionne. Par ses individualités et son collectif. Par son attaque, son milieu, et sa défense. Par la variété des buteuses -encore 4 différentes- et des buts. Cette nuit, les heureuses élues étaient Nagano -la 11e Japonaise à ouvrir son compteur but dans la compétition- (14e) sur un tir de loin, Ichise (33e) à la réception d’un coup franc, Kobayashi (52e) à la conclusion d’une rapide contre-attaque, et enfin Sugita, la capitaine, sur penalty (57e). Les superlatifs commencent à manquer pour cette équipe extrêmement talentueuse qui écrase tout sur son passage.

Son adversaire a pourtant montré de belles choses, menée par Garcia en attaque et Romero au four et au moulin. Menées 0-2 à la mi-temps, les Vénezuéliennes ont attaqué la seconde période pied au plancher, en mettant de l’intensité et pratiquant un pressing haut, et en ont malheureusement fait les frais très rapidement en contre-attaque, encaissant deux buts en 12 minutes. Elles se sont quand même permis d’inscrire le premier but de la compétition aux Japonaises grâce à leur performant duo d’attaque, Castellanos sur une passe de Garcia. Certes, ce but a été marqué à la 92e minute et n’évitera pas aux joueuses sud-américaines la déception d’être éliminées, mais il est le symbole d’une équipe qui n’a pas baissé les bras, et une récompense méritée à un beau parcours porteur d’espoirs.

 

Japon 4-1 Venezuela

 

 L’Espagne, comme attendu

 

La deuxième demi-finale opposait les deux pays européens encore en lice, l’Espagne, une des nations favorites avant le début du tournoi, et l’Italie, outsider qualifié de façon litigieuse en 1/2, deux nations qui espéraient obtenir le droit d’affronter le Japon dans ce qui serait leur première finale mondiale. Une première période équilibrée, avec une Italie solide qui empêchait les Espagnoles de développer leur jeu en profitant notamment de la vitesse de ses ailières ; les deux équipes sont rentrées au vestiaire sur un score nul et vierge. Dès le retour des vestiaires cependant, les Espagnoles profitèrent d’une main italienne dans la surface pour ouvrir le score (48e) par Sandra Hernandez. Rebelote en fin de partie, avec un penalty converti cette fois-ci par Nahikari Garcia (81e). Entre les deux buts, quelques occasions de but de part et d’autre, avec une légère domination espagnole, mais le match a sur l’ensemble été équilibré et accroché.

 

Les joueuses Italiennes n’étaient certainement pas attendues à ce niveau par les observateurs, et elles ont bien failli jouer un mauvais tour à leurs homologues espagnoles qui ont été loin de vraiment convaincre. Elles ont en tout cas démontré que l’avenir du football féminin dans la péninsule italienne était présent et elles auront un dernier combat à livrer contre le Vénezuéla, largement dominé par le Japon dans l’autre demi-finale.

 

Espagne 2-0 Italie

 

 

 

 

Match pour la 3e place : Vénezuéla-Italie

 

Les deux équipes qui ont perdu cette nuit tenteront de finir la compétition sur une bonne note. Bien que dépassé par le rouleau compresseur japonais, le Vénezuéla a montré un visage séduisant, et sera sans doute très dangereux. Quant à l’Italie, elle s’est montrée très convaincante face à un adversaire que tout le monde voyait bien supérieur. Vénezuéla et Italie s’étaient rencontrés en phase de poule lors d’un match physique remporté par la formation sud-américaine 1-0 sur une action en solitaire de sa jeune buteuse Castellanos ; la revanche sera sans doute aussi disputée entre deux formations physiques et capables de produire un jeu très séduisant.

 

Le match aura lieu vendredi à 22 h HF.

 

Venezuela 1-0 Italie

 

Match pour le titre: Japon-Espagne

 

Difficile d’imaginer que l’Espagne puisse renverser la montagne japonaise, tellement les Petites Nadeshiko font forte impression depuis le début de la compétition. Meilleure attaque, meilleure défense, un jeu séduisant et complet, des joueuses toutes plus talentueuses les unes que les autres. Bref, le Japon domine la compétition. L’Espagne quant à elle, après sa défaite initiale contre le Japon, a gagné tous ses matchs de façon plus ou moins convaincante, mais était le favori pour retrouver les Petites Nadeshiko en finale. Son match d’hier, malgré la qualification, ne devrait pas la mettre en confiance car l’Italie a su l’empêcher de développer le jeu séduisant -et quelque peu ressemblant à celui des Japonaises- qui est sa marque de fabrique. Nul doute que le Japon a les armes pour en faire de même, comme le match de poule entre les deux formations l’a démontré (4 tirs à peine pour Espagne sans solution) ; il faudra donc que les Espagnoles sortent une performance exceptionnelle pour aller accrocher leur première couronne mondiale.

 

La finale aura lieu samedi à 1 h HF.

 

Japon 2-0 Espagne

 

 

 

 

 

Crédits photos : fifa